24 millions de francs pour la réinsertion des Albinos de Tambacounda

Publié le

Dépêche de l’Agence de Presse Sénégalaise – 11/10/2006

 

Tambacounda, le 10 oct (APS) - Un programme d'appui pour la réinsertion des Albinos d'un coût global de 24 millions de francs a été mis en place à Tambacounda par une ONG française pour une durée de trois ans.

Un montant de 3 millions de francs a été mis à la disposition de l'association des Albinos pour inciter ses membres ainsi que les communautés défavorisées à participer au processus de développement et de lutter contre la mendicité à travers les grandes artères des villes.

Au cours d'un entretien avec la presse, mardi, Aboubacry Sakho, président de l'Alliance nationale pour la promotion et à la réinsertion des Albinos a dégagé les grandes lignes de cette ‘'démarche novatrice''. M Sakho a expliqué que les projets qui seront financés tournent autour du petit commerce, des NTIC, de l'artisanat, entre autres.

Ce choix, selon lui, ‘'se justifie par le fait que ces Albinos ne doivent pas s'exposer au soleil qui est leur principal ennemi''.

‘'Dans ce cadre, une étude a été effectuée à Mako dans le département de Kédougou pour la mise en place d'un micro projet pour une famille de trois Albinos qui a bénéficié d'un appui de 500.000 francs pour le commerce'', a ajouté M. Sakho.

Ainsi toute la région sera touchée. Les projets prenant en compte les préalables pour maintenir la santé des albinos sont privilégiés dans le cadre des projets porteurs.

‘'L'intérêt est de créer un cadre qui pourra améliorer les conditions de vie et de santé de cette couche défavorisée de la population'', a déclaré Aboubacry Sakho.

Il a souligné que la première phase va consister à la mise en place d'un montant de 3 millions de francs destinés au financement de microprojets au profit des Albinos pour lutter contre la pauvreté de cette couche de la population.

‘'Il s'agit de vaincre la mendicité et le désoeuvrement de ces cibles dont la situation se complique davantage par le fait qu'elles sont victimes de malformation génétique. Ce qui les expose à toute forme de risque de cancer et de complication ophtalmique surtout dans cette région où le thermomètre affiche les 40°'', a affirmé M. Sakho.

Le programme a démarré dans le département de Kédougou, une zone considérée comme étant la plus pauvre du pays. Il va ensuite s'élargir dans les autres départements de la région.

BC/AD

Publié dans Articles publiés

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article